Vaches à lait plus que jamais

Si vous suivez un tant soit peu l’actu du moment sur internet, je ne vous apprends sûrement rien: la FFT (Fédération Française  de Tennis des Télécoms) est en train d’étudier la possibilité de limiter l’accès à internet (source: OWNI, merci à Korben pour le relais). Pas tout de suite, non, ils ne sont pas (encore) suicidaires, mais petit à petit, il se pourrait bien qu’on voit apparaître des offres internet discount permettant d’accéder à une partie de l’internet pour une somme modique, rendant l’offre très attractive.

Ces offres pourront être limitées de plusieurs manières:

  1. En volume, à l’instar des forfaits pour smartphones, avec un débit réduit (ou bloqué) à partir d’un certain volume de données consommé, empêchant le streaming vidéo/audio (deezer, youtube, google music, etc.), gros consommateur de données
  2. En services (newsgroups, p2p, ftp, etc. bloqués pour les abonnés aux offres discount), avec pourquoi pas des options +xx€ pour pouvoir accéder à des serveurs ftp, +xx€ pour du ssh, +xx€ pour le p2p (options déclinables à l’infini !)

Tout ça est décidé sous couvert de la rareté de la ressource internet, argument principal des offres mobiles, qui se justifiait alors dans ce contexte, mais qui n’a aucun sens en matière d’internet fixe, les extrémités de lignes étant dédiées à chaque utilisateur. Pour l’anecdote, en journée, le réseau internet d’Orange n’est utilisé qu’à 46% (et le réseau grandissant plus vite que les besoins – cf Benjamin Bayart, président de FDN -, les risques de saturation globale du réseau sont limités). Malgré ça, on ose nous dire que la ressource est rare et qu’il faut l’économiser,

On peut se dire que c’est cool pour ceux qui veulent payer moins cher et qui n’ont pas d’énormes besoins (je pense ici à Mme Michu qui lit ses mails et les infos, sur le site d’Orange bien entendu). Sauf qu’à terme, on se doute bien que les FAI vont pousser les internautes vers le choix d’un nouvel abonnement, donc limité, ou beaucoup plus cher pour ceux qui désireraient garder leur accès totalement illimité. Finir à 60 voire 80€ / mois (j’exagère un peu, je sais, mais l’idée est là) pour un ADSL 18Mbps, ça vous tente ?

Bien évidemment, les opérateurs (les trois membres de la FFT en tout cas, Orange, SFR et Bouygues – Numéricâble ayant récemment quitté la Fédération) nient en bloc toute intention de limitation des accès internet fixes. Il faut bien conserver ses proies, me direz-vous, quand on est un rapace. Mais si la FFT et ses membres travaillent sur la limitation, et que les 3 principaux membres démentent cette limitation, ça veut dire quoi ? Qu’on nous prend pour des pigeons (encore une fois, oui). Mais rassurez-vous, le Directeur Général de la FFT (Yves Le Moël) assure que Les présidents des grands opérateurs ont simplement dit ces derniers mois qu’ils iraient vers la différenciation de leurs offres et que ceux qui consomment le plus pourraient être mis davantage à contribution. Mais le consommateur lambda n’a aucune chance d’être concerné. Ne seront donc concernés que ces 5% à 10% de consommateurs qui utilisent 80% de la bande passante, car ils passent leur temps à télécharger des films, font de la vidéo en permanence, passent la journée sur Facebook avec de la vidéo, YouTube, Dailymotion. Aussi bien vous, que moi en fait.

L’ARCEP (Autorité de Régulation de Communications Électroniques et des Postes), à qui était destiné le document (ci-dessous) révélé par OWNI, fait la morte, ne donne pas d’avis clair, qualifiant au mieux ces décisions de bizarres. Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai comme l’impression que la limitation de l’internet est une mesure qui fait suite au cuisant échec de l’HADOPI. Comme on se doute tous que notre bon gouvernement est très ami avec les patrons des grandes sociétés qui font notre quotidien, ça ne me surprendrait aucunement que ce soit une énième tentative d’endiguer l’usage du p2p, qui est pourtant la nature même d’internet (et qui fait sa force, cf Benjamin Bayart dans son interview).

Heureusement, Free et Numericable n’ont pas l’air d’orienter leur politique en ce sens. Orange, SFR et Bouygues ne peuvent donc pas mettre en œuvre leurs décisions, s’ils ne veulent pas se tirer une balle dans le pied. Affaire à suivre, et prenez garde aux prix bas, aussi alléchants soient-ils ! N’oubliez jamais que le jambon premier prix est loin d’être le meilleur !

Posted in Non classé | Tagged , , , , | 2 Comments

2 Responses to Vaches à lait plus que jamais

  1. Pingback: Freebox Revolution: La seedbox remise en cause | Léo Gatellier

  2. Pingback: Hadopi, le piratage et les chiffres | Léo Gatellier

Laisser un commentaire