Tag Archives: vivendi

L’après-Megaupload: la guerre 2.0

J’en parlais hier, la fermeture de la galaxie Mega par le FBI ce jeudi 19 a engendré de très nombreuses réactions de tous bords, politiques, hacktivistes, militants, et notamment beaucoup de lulz.

Les politiques, rois du lulz

Je citerai en premier lieu celle de Nicolas Sarkozy qui s’est réjoui de la fermeture du site de partage de fichiers, montrant une collaboration judiciaire et policière entre Etats pour porter un coup d’arrêt aux sites de téléchargement direct ou de streaming illégaux, qui fondent leur modèle commercial sur le piratage des œuvres, réalisant ainsi ces fameux profits criminels (sous la forme de recettes publicitaires ou d’abonnements de ses usagers) dont je vous ai parlé hier (oui, je sais, j’adore cette expression). Du côté d’Eugène Kaspersky, le discours est à peu près le même. Le fondateur de la société éditrice de logiciels de sécurité a déclaré que le monde avait besoin d’un Interpol de l’Internet.

Mieux encore, la députée UMP Muriel Marland-Militello a salué la fermeture de Mega qu’elle considère (attention, il va pleuvoir du lulz !) comme une étape importante dans l’histoire de l’Internet responsable, montrant que les droits des créateurs ne peuvent plus être bafoués impunément sur Internet, avant de conclure fièrement (léchouille inside) que c’est grâce aux initiatives de notre Président de la République Nicolas Sarkozy que la communauté internationale est décidée à ne plus céder à un certain fatalisme qui pouvait exister en la matière. Tadaaaaaaaam, rien que ça ! Le pire, c’est que si on l’écoute, ça veut dire que notre bon N.S. s’est gracieusement mis au service de ses amis les majors pour leur permettre de… de quoi au fait ? Pas de nous faire acheter des CD, déjà, j’espère qu’ils ne comptent pas là-dessus. Pas non plus de faire arrêter le piratage. Même pas de leur rapporter des sous, vu que l’HADOPI ne leur ramène rien… En fait, il faut juste comprendre qu’on finance avec nos impôts une autorité qui ne sert même pas à rémunérer les artistes. Ah ouais, ok, rien de nouveau, quoi.

Les militants

Le collectif Anonymous a pour sa part entrepris de mettre à mal tous ceux qui s’opposeraient de près ou de loin à la neutralité du net et la liberté d’expression. Et comme premier arrivé = premier servi, les sites justice.gov ainsi que fbi.gov en ont pris pour leur grade.

D’autres sites ont été attaqués pour les mêmes raisons, tels que ceux de Vivendi, Rihanna, la FTC, et cette courte liste est loin d’être exhaustive. Attaques DDoS, intrusions et modifications de sites web, tous les moyens sont bons pour montrer aux « grands » qu’ils ne sont pas les monarques de notre société et d’Internet. Et depuis plusieurs jours, de nouvelles attaques sont constamment lancées contre d’autres sites, qui tombent peu à peu sous l’affluence des connexions, et finissent en maintenance pendant plusieurs heures, voire plusieurs jours pour le site de l’HADOPI (cocorico !).

Les plus lolifiants : ceux qui n’y comprennent rien

C’est quand même Christophe Barbier, rédacteur en chef de l’Express, qui détient la palme d’or du lulz. Convaincu (à raison) que les Anonymous n’attaquaient pas les médias, s’est lâché sur iTélé, accusant le groupement de « voleurs » voulant faire passer le message « la loi c’est nous, la règle c’est nous, nous les pirates, nous qui décidons d’aller sur Internet nous servir et qui ne voulons rémunérer personne, ne pas rémunérer le travail d’autrui ». Et à la question « Vous n’avez pas peur ? », il a fièrement répondu « nous sommes blindés ». Son blindage n’aura pas tenu longtemps, des attaques ayant été lancées dans la même journée contre le site, le rendant indisponible. Cependant, Anonymous a largement condamné ces attaques faisant directement atteinte à la liberté d’expression.

C’est sur cette petite explication que je finirai : les Anonymous ne sont pas un groupe structuré. C’est une idée, la liberté (notamment d’Internet), derrière laquelle s’est rassemblée une communauté non hiérarchisée. Les attaques contre les sites tenant des propos anti-Anonymous ne sont en aucun cas revendiquées par le groupe, et sont même condamnées par ce dernier. Au passage, si vous voulez un peu plus d’informations sur la guerre 2.0 entre les états et les militants anonymes, je vous invite à lire le point de vue de Benjamin Bayart.

PS: Pour visionner la vidéo de C.Barbier, c’est ici: itele.fr

Posté dans Non classé | Tags : , , , , , , , | Leave a comment