Tag Archives: ubuntu

PC sous Debian, retour d’expérience

En bon linuxien relativement peu expérimenté que je suis, j’utilisais déjà Ubuntu depuis plusieurs années. Pour ceux qui ne connaîtraient pas, Ubuntu est une distribution GNU/Linux, et de nombreux avis s’accorderont avec moi pour la désigner comme la plus user-friendly. En effet, installer Ubuntu permet d’accéder à un environnement de bureau clé en main ne nécessitant pas de configurer soi-même toute la machine.

Cependant, l’esprit d’Ubuntu convergeant petit à petit, à l’instar de Windows et Mac OS, vers un système où tout est fait caché, diminuant les risques de mauvaise manipulation de la part de l’utilisateur lambda, m’a fait m’orienter vers la distribution qui lui sert de base: Debian. Une fois installé, la réalité m’a rapidement frappé. Moi qui étais heureux à l’idée de devoir bidouiller un peu pour configurer ma machine, je me suis retrouvé à devoir passer du temps pour des choses aussi simples que mettre à jour Firefox (Iceweasel de son nom Debianesque) de la version 3.6 à la version 9, faire gérer mon dual screen (devenu assez vital au fil du temps, je l’avoue), ou même essayer d’installer (en vain) la dernière version de Chormium, considérée comme instable et présentant des gros problèmes de dépendances.

Ceci dit, comme OS serveur, absolument rien à dire, Debian est très stable et sans problèmes (pas d’écran, pas besoin de mises à jour fréquentes de navigateurs et autres). Mais à mon avis, pour conquérir ne serait-ce qu’une part du marché desktop, il y a encore des progrès à faire. Ça sera donc retour sous Ubuntu pour moi. En testant les différents environnements de bureau, LXDE en premier (sur un desktop, ouioui), n’étant pas conquis par Gnome3, en tout cas pour le moment.

Image: geekyschmidt.com

Posté dans Non classé | Tags : , , | 1 Comment

Résumé du 03-10-2011

Bonjour/Bonsoir, chers [très nombreux et fidèles] lecteurs !

Avec toutes ces complications que notre chère existence nous envoie dans la figure (décès, toussa), on finit par ne plus trop avoir le temps de zoner sur le web, et c’est bien dommage, surtout avec des actus aussi sympathiques que celle de la semaine passée (lundi y compris, je fais mon anglo-saxon puissance -1). Encore une fois, un bref résumé et un lien seront un bon choix, surtout quand on a du taf qui attend derrière.

Tout d’abord Facebook, avec sa (prévisible) réaction dans l’urgence mais non, c’est pas pour vous espionner, c’est nos ingés qui sont trop nuls ils ont oublié de supprimer le cookie !, puis son décalage de la sortie publique de Timeline pour cause de procès (oui, encore une histoire de gros sous au pays de l’Oncle Sam). Ça se passe ici et .

Hadopi qui nous comble les zygomatiques avec une IP (existante) affichée noir sur blanc dans son rapport d’activité, avant de masquer les informations à caractère personnel du pauvre internaute attrapé avec de vulgaires cadres noirs superposés (merci Tonton K). On sent le professionnalisme chez HADOPI/TMG, Good Game Guys ! Le mieux c’est qu’ils se disent prêts pour surveiller le streaming et le DDL, si seulement ils étaient prêts (j’entends par là pas totalement dépassés) pour surveiller le P2P, ils pourraient peut-être être crédibles, mais là… non. Surtout que Mme Michu a arrêté de télécharger sur eMule, mais les gros seeders, eux n’ont pas attendu notre amie Christine pour passer aux VPN et connexions BitTorrent chiffrées.

Orange qui, pour rameuter des clients avant que Free ne débarque, lance les offres Sosh – et il faut avouer qu’elles sont intéressantes – , rapidement suivi par SFR et Bouygues (le vrai lien pour SFR est ici, bien que rien ne soit communiqué pour le moment, à voir le 11 octobre !).

La meilleure nouvelle reste celle de la sortie d’Oneiric Ocelot en final release qui est prévue pour le 13 (dans 10 jours, je dirais donc le jeudi – pensez à viser les serveurs Belges, pour ne pas télécharger à 3ko/s avec une connexion fibre ! – , avec une version 10.10.1 le vendredi, pour combler les bugs de dernière minute). Je dis meilleure nouvelle, histoire de remplir mon quota de fanboyisme du jour. Ça me donne d’ailleurs l’idée de me présenter/décrire, parce qu’à part les 3 misérables lignes sur la page Contact, c’est un peu le néant, et je ne suis pas comme le Manu/Korben/Tonton K a être connu sans même me présenter. On va réfléchir à ça.

PS: vous avez vu ? quand vous cliquez sur les onglets, ça fait un supra-méga-effet-delamortkitue !

Posté dans À la une | Tags : , , , , , , , , , , | Leave a comment

Ubuntu 11.04 en version finale depuis avant hier

Et voilà, un n-ième billet sur la dernière release d’Ubuntu. Pas plus original, artistique ou inspiré que les autres, ni forcément plus informatif, mais un billet tout de même !

Au programme, uniformisation de l’interface graphique Unity, auparavant dédiée à la désormais disparue Netbook Edition. On aime ou on aime pas, personnellement j’accroche plutôt bien, malgré quelques désagréments au niveau de la configuration qui est encore un peu complexe, comparée à celle du bien connu Gnome2. D’ailleurs, pour les inconditionnels de ce dernier (et les déçus d’Unity), il vous suffit de sélectionner, à la fenêtre de connexion, l’interface Ubuntu Classique.

Autre défaut que je trouve à cette nouvelle interface: le dock (appelé launcher sur Ubuntu et son paramétrage (oui, encore et toujours le paramétrage). Il est forcément positionné sur la gauche de l’écran principal, et étant un habitué du dual-monitor (sans aller jusque quand même), je me retrouve avec le launcher en plein milieu de mon espace de travail. Cependant, les raccourcis clavier (touche <Super>+Numéro de l’icône désirée) facilitent son utilisation. Le launcher, ainsi que son moteur de desktop search (recherche instantanée d’applications, installées ou non, sur la machine, de fichiers, de dossiers, etc.) me paraissent ceci dit un peu gourmands par rapport à ce qu’ils apportent.

Ubuntu Natty apporte aussi une amélioration de l’intégration du service de cloud computing Ubuntu One (un peu trop même selon les endroits), un remplacement des logiciels Rhythmbox et Firefox 3.6 par Banshee et Firefox 4, et une amélioration de la prise en charge des différents GPU grâce à l’utilisation du noyau 2.6.38. Prise en charge qui n’est pas encore celle que j’attends, puisque le dual monitor de mon chipset H67 (pour processeurs Intel Sandy Bridge) n’est pas encore bien géré (m’obligeant à rester sur ma 9600GT pour le moment).

Petite astuce en passant, pour ceux qui se plaindraient de la lenteur des serveurs d’Ubuntu durant les quelques jours suivant la sortie d’une final release: Ouvrez votre Gestionnaire de mises à jour, cliquez sur le bouton Configuration, et modifiez le serveur par défaut en choisissant le miroir en Belgique skynet.be. À titre de comparaison, cet après-midi (donc 2 jours après la sortie), le téléchargement de la mise à jour depuis le serveur Français officiel s’effectuait à plus ou moins 100 ko/s, alors qu’en annulant la mise à jour, et en la recommençant depuis le serveur Belge, je dépassais la vitesse d’1 Mo/s.

Je finirai sur quelques captures:

Télécharger Ubuntu 11.04 Natty Narwhal

Posté dans Non classé | Tags : , , , , , , | Leave a comment