Search Results for: dpi

Neutralité du net: À qui le tour ?

Et de deux ! Après le Chili, c’est au tour des Pays-Bas de faire entrer la neutralité du net dans la loi, une première en Europe. Avec le recul de l’Allemagne vis-à-vis de la riposte graduée (pour ceux qui ne seraient pas très familiers avec le terme, HADOPIRE inside), c’est un agréable courant d’air frais qui souffle sur la vague répressive de ces 5 dernières années. Oui, je sais, la coïncidence est assez peu étonnante.

Un brin d’histoire

Nous sommes en 2011, la situation aux Pays-Bas est pointée du doigt par la commissaire européenne en charge de la stratégie numérique, Neelie Kroes, également femme politique néerlandaise.

Si des mesures visant à renforcer la concurrence ne suffisent pas à pousser les FAI à fournir un véritable choix aux consommateurs, je suis prête à interdire le blocage des services ou des applications licites. Ce n’est pas normal que Skype puisse être entravé.

En effet, plusieurs opérateurs mobiles ont mis en place des entraves à l’utilisation d’applications et services de messagerie et de VoIP concurrents. Pire même, l’opérateur Royal KPN a annoncé vouloir surfacturer l’utilisation de ces services en usant de DPI (eh oui, encore lui !).

C’est en réponse à ces comportements que le texte de loi a été proposé au Parlement, puis adopté par la chambre basse en juin 2011.

La neutralité du net, c’est quoi ?

La neutralité du net, en résumé, c’est le fait de traiter toutes les communications de manière égalitaire, sans faire de distinction de source, de destination, ni de contenu. Pas de réduction de débit, pas de blocage, pas de surfacturation. Ce principe de neutralité est totalement absent des réseaux mobiles français, à l’exception de celui de Free Mobile, qui autorise tous les usages, y compris P2P, VoIP, usage Modem, etc.

Et en France ?

En France ? Houlà, on en est pas encore là, un premier rapport parlementaire a déjà été fait sous Nicolas Tsarkozy et a fini à la poubelle (comme par hasard…). Un deuxième rapport devrait voir le jour dans les mois qui viennent, mais nouveau président ou pas, il vaut mieux rester vigilant, la position de Flançois Hollande étant extrêmement floue sur le sujet du numérique.

Bref, affaire à suivre, la France a encore bien du chemin à faire avant de coller à son image de pays des libertés.

Source: Numerama

Image: Reflets.info

Posté dans Non classé | Tags : , , , , | Leave a comment

Aujourd’hui, c’est répression et pénal au menu !

Ça fait bien longtemps que je n’avais rien écrit ici, à votre grande surprise, je vais parler DPI et libertés.

Vous n’avez sûrement pas raté les péripéties de Mohamed Merah à Montauban puis Toulouse, ni la prévisible  récupération politique des faits par certains candidats à la présidentielle, je ne vous ferai donc pas un résumé, d’autant plus que je n’ai pas ouvert mon blog dans ce but.

Je m’attarderai simplement sur la magnifique, que dis-je, splendide citation de Nicolas Sarkozy, prononcée lors du discours qu’il a tenu par rapport aux récents événements. Voyez plutôt:

Désormais, toute personne qui consultera des sites internet qui font l’apologie du terrorisme ou qui appellent à la haine et la violence sera punie pénalement.

Rien ne vous choque ? Une fois de plus, ça pue quand même le DPI et l’atteinte aux libertés individuelles à plein nez. Bon, d’un côté on peut être rassurés, car il y a de grandes chances (à mon avis) que ça soit balayé d’un revers de main par les hautes instances, du Conseil Constitutionnel à la CJUE.

Mais les libertés, on s’en fout, non ? C’est bien plus classe de dire qu’on combat la pédophilie, le terrorisme, etc.,  ça fait tout de suite grand sauveur de l’humanité !

Un fait reste toutefois impossible à nier: il n’a tiré aucune leçon des échecs d’HADOPI 1 et 2. Il n’a toujours pas compris qu’enchaîner les lois répressives poussera les internautes, qu’ils soient pédophiles, terroristes, ou simples téléchargeurs de musique/films, vers des protocoles de plus en plus sécurisés, rendant de plus en plus difficile la lutte contre la cybercriminalité.

Et une fois n’est pas coutume, je finirai sur une citation:

Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux. Benjamin Franklin

Posté dans Non classé | Leave a comment

L’Internet libre est un marqueur d’une société démocratique ou d’une dictature

Petite rétrospective, de qui est donc cette phrase, si douce et à la fois pleine de sens ? Ce n’est pas Richard Stallman. Non, ce n’est pas Benjamin Bayart. Ce n’est pas non plus Sascha Meinrath. Non, c’est bel et bien Nicolas Sarkozy qui l’a prononcée, à l’occasion de l‘e-G8 qui s’est tenu à Paris au mois de mai dernier. Il indiquait également qu’Internet était devenu, pour la liberté d’expression, un vecteur d’une puissance inédite. La liberté d’expression, ben voyons. Et le blocage bancaire de Wikileaks ?

Assez osé, pour un Président qui tente de nous faire glisser discrètement vers l’usage du DPI à grande échelle, et la restriction des libertés, non ? En premier on a eu Hadopi 2 (la 1 s’étant faite jeter par le CC), avec la mise en place d’une surveillance générale des réseaux Bittorrent (réseau truffé de faux positifs) ainsi que l’instauration de la présomption de culpabilité (oui, de culpabilité, à vous de prouver que vous êtes innocents !). Après ça, on a eu LOPPSI, qui nous interdit tout, et même le reste, en permettant aux forces de l’ordre et au gouvernement de faire ce qu’ils veulent comme ils veulent, et qui permet le blocage d’un site Web par simple décision administrative (contestable devant un juge en référé, mais après coup, histoire de faire copain-copine avec la présomption de culpabilité), et tout ça sous couvert d’une chasse à la pédopornographie.

Plus récemment maintenant, il y a 2 jours, le Parlement a adopté le projet de loi sur la mise en place de COV. Rapide résumé : il est dorénavant interdit, pour les agriculteurs, de garder une partie de leur récolte pour la semer l’année suivante… sauf en payant une taxe. Plus rien n’est libre, même la nature est maintenant sous contrôle des individuels.

Plusieurs sociétés d’éditeurs, qui sentent venir le monstre aussi bien que nous, en ont d’ailleurs profité pour demander le blocage pur et simple par un certain nombre de géants de l’Internet en France (à savoir de nombreux FAI, à l’exception de FDN étrangement, et des moteurs comme Google et Yahoo) de plusieurs sites de Streaming et/ou de DDL (Megaupload, Megavideo et Allomovie pour n’en citer que 3). Une bonne partie des internautes français sont maintenant suspendus à la décision du TGI de Paris, qui pourrait bien marquer un tournant dans la marche vers le contrôle d’Internet.

La question qui me travaille, à l’heure où j’écris cet article, c’est jusqu’où iront-ils ? Jusqu’à un contrôle total d’Internet par le petit Nicolas (qui a déjà les médias dans sa poche) ? Jusqu’à un mélange des modèles Américains et Chinois, l’un pour le libéralisme poussé à l’extrême, l’autre pour la censure et le musellement de ce(ux) qui dérange(nt) et s’opposent au pouvoir en place ?

Posté dans À la une | Tags : , , , , , , , , , , , | Leave a comment